top of page
Rechercher
  • Photo du rédacteur Muriel Maurin

Canapé ou pas canapé!


Maya, Samy, Titou, Louna, Pongo, tous mes chiens adorés ont pendant des années été interdits de canapé, tous ont essayé de monter dessus mais ma réaction était alors catégorique : « Non ! Descends ! » Il n’y avait pas de négociation possible, pour moi c’était sans appel : Un chien ne monte pas sur le canapé, il va mettre des poils partout et surtout il va se croire le roi du monde ce toutou! Non mais! C’est qui le chef !

Les plus intrépides attendaient bien sûr que je tourne le dos ou que je m’absente de la maison pour retenter la chose, l’interdiction ne donnait que plus de valeur à ce petit jeu et me mettait dans des colères noires lorsque je rentrai à la maison. Je scrutais de prés mon canapé, afin d’y trouver le moindre poil suspect, preuve infaillible que mon toutou avait encore pris ses aises en mon absence. « Tu es encore monté sur le canapé ! Grrr !! Y’en a marre ! » Cela m’exaspérait au plus au point.

Pourtant ils ont tous eu de magnifiques paniers, couffins moelleux et confortables, je mettais tous mes talents de couturière à leur fabriquer des coussins en velours, en lin, bien rembourrés, rien n’était trop beau pour eux ! Quelle ingratitude !

Je me rends compte aujourd’hui à quel point j’étais la victime de mes à-priori et de ma propre éducation, la peur du jugement d’autrui, de mes invités, de ma famille, mes parents pour qui le chien avait tout juste le droit de rentrer dans la maison. Ma petite Volga, adorable cocker noir de mon enfance, devait dormir, été comme hiver, toute seule dans le garage sur une couverture. C’était comme ça et pas autrement !

Et pourtant à l’époque j’aurai rêvé de la voir rentrer dans ma chambre, sauter sur mon lit, pour jouer ou pour la câliner, comme dans les livres d’enfants.

Je ne porte aucun jugement, interdire le canapé à son chien est tout à fait légitime et respectable, chacun établit les règles de vie qui lui conviennent. Le chien dans notre foyer, membre à part entière, doit les respecter, où plutôt nous devons les lui apprendre car à la base le chien n’a pas de règles de vie, il ne sait pas ce qui est bien ou mal. Cette éducation doit être mise en place dés son arrivée de manière positive et bienveillante .

Un chiot si mignon que l’on prend dans ses bras, sur ses genoux, sur le canapé, parce que tant qu’il est petit ce n’est pas un problème ! On le dorlote, il s’endort contre nous le soir sur le canapé ! Il est si mignon ! Mais voilà que lorsqu’il commence à grandir et à être plus remuant, la « gagatitude » se transforme en agacement, on le renvoie alors à son panier.

Le problème est là ! Comment peut-il comprendre que tout à coup, parce qu’il a grandi, il n’a plus le droit de monter sur le canapé ou sur vos genoux.

Etablir et apprendre les règles de vie de la maison doit se faire dés l’arrivée du chiot, c’est important pour lui et pour vous, et surtout cela évitera les conflits.

Aujourd’hui, j’accorde à mes chiens le droit de monter sur le canapé, je l’assume totalement et je savoure tous ces moments de câlins avec eux, j’ai choisi, j’ai éduqué! Mais c’est moi qui décide, si je leur demande gentiment de descendre, ils descendent tout de suite et c’est le principal. Pas de grognements, pas de refus, pas de punition.

Je leur ai installé à chacun un bon coussin moelleux bien à eux dans lequel je peux leur demander de rester si je le souhaite, c’est leur place et ils s’y sentent bien aussi. Il n’y a pas de problème de hiérarchie! C’est mon choix !

Et je souhaiterai tant ressusciter tous mes chers toutous disparus pour partager avec eux un grand moment de câlins, dont je nous ai privés pendant tant d’années...sur ce satané canapé !!!

94 vues0 commentaire

Comments


bottom of page